Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Ce qui n’est pas dit sur le programme intégré. La création d’un nouveau fond avec 6 milliards de dirhams, la réduction du taux d’intérêt par les banques à 1,25%, facilitation d’accès aux crédits par les banques.

Des mesures prises au profit des jeunes porteurs de projets, les auto-entrepreneurs ainsi que les PME exportatrices pour re dynamiser l’économie marocaine, créer 127.000 postes d’emploi par 13.500 entreprises. Après une vérification des sites ministériels, aucune étude n’évalue les anciens programmes lancés dans ce cadre , c’est le cas de la fameuse ´Rawaj, Mouqawalati…’ .Cela nous interpelle ! la question sur l’intérêt de lancer des stratégies avec des tels financement et conventions s’imposent . Et si vraiment les jeunes n’arrivent justement pas à lancer leurs projets suite à des difficultés de financement bancaires si ce n’est autre chose . La recherche d’une réponse quasi satisfaisante nécessite une ouverture sur deux points paradoxalement homogène .

le volet monétaire il est clair que la Maroc passe par une période de stagnation monétaire, d’ailleurs, les derniers chiffres publiés par le BAM ‘Bank Al Maghreb’ la décortique, un taux d’inflation de 0,5%, un taux de croissance de 2,6%, ainsi que les déclarations d’Ahmed Lahlimi, Haut-commissaire au plan qui rate aucune occasion pour la dénoncer.

Face à cette situation le conseil de politique monétaire s’est réuni le 24 septembre, pour vérifier les diverses pistes de soulagement monétaire et social, et il n’a qu’a injecté de la monnaie au marché, mais comment faire? Cette fois ci la réponse est venu plutôt que prévue , discours royal lors de l’ouverture de la session parlementaire, a inciter les banques à faciliter les crédits d’investissement aux jeunes.

Avec une analyse préalable, nous pouvons prévoir une amélioration de la circulation monétaire, une bonne recette fiscale, notamment celles de la TVA, une économie de 1000 quand l’inflation est de 3%, n’a pas la même valeur que quand cette dernière est à 0,5%, sauf qu’avec toutes ces mesures , on se demande bien sur le sort du social , dont la stratégie compte atteindre comme objectif la création de 127000 offre d’emploi, selon plusieurs études, enquêtes menées par des organismes national et international . Néanmoins , les investisseurs rencontrent des difficultés administratives, une lourdeur de paperasse et de la corruption, ainsi que d’après ma connaissance, le programme Mouqawalati n’a pas donné ces fruits, et dire qu’il existe des jeunes dont la vie a changé d’un jour au lendemain, d’un millionnaire à un pauvre qui cherche d’où payer ces traites.

Une alternative sociale comme celle-ci, ne peut atteindre ces souhaits, que s’il y a un accompagnement administratif, comptable et des formations continues aux jeunes. Aucun phénomène n’est réglé depuis ces symptômes, il faut voir d’abord les racines.

Abdelmonsif Hanini

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *