Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Non à l’augmentation des frais d’inscription à l’université pour les étudiants 

Dans le cadre des rencontres universitaires de la Francophonie à Paris, Édouard Philippe, Premier ministre de la République française, a annoncé que les frais d’inscription à l’université des nouveaux étudiants extraeuropéens augmenteront. En effet, ils atteindront 2800 euros en licence et 3800 en master ou en doctorat.

Une telle mesure fermera les portes à moult étudiants « extraeuropéens » — dont les Marocains — qui aspirent à compléter leurs études en France, mais qui verront leur rêve se briser à cause de cette augmentation insensée et abusive.

En outre, cette disposition est foncièrement inégalitaire, car elle ne concerne pas les étudiants français ou européens : « Je veux vous dire qu’il n’est ni dans les projets de la ministre de l’Enseignement supérieur ni dans les projets du gouvernement de procéder à cette augmentation pour les étudiants français ou les étudiants européens », a déclaré Édouard Philippe lors de la séance des questions à l’Assemblée nationale. Cette disposition est tout aussi inégalitaire d’autant plus qu’elle favorise une classe sociale aisée capable de supporter financièrement cette hausse au détriment d’autres.

Au vu de ce changement de paradigme, la section France du Parti Socialiste Unifié :
– Manifeste son profond désaccord quant à cette flambée incongrue et non moins vertigineuse des droits d’inscription à l’université.
– Déplore l’éloignement du gouvernement Français des valeurs républicaines fondées sur l’égalité et mettant en avant l’aspect humain au-delà des moyens financiers.
Dénonce le caractère inégal flagrant de cette politique ainsi que l’enjeu migratoire qui est en derrière.
– Incite à fédérer toutes les forces estudiantines (associations, mouvements et syndicats) et progressistes de gauche présentes en France (partis politiques, collectifs…) ainsi que les étudiants français, européens et extraeuropéens pour faire face à cette décision injuste du gouvernement français. Dans ce sens, la section France du Parti Socialiste Unifié proposera une date de réunion commune en vue d’étudier les actions à mener entre forces démocratiques, progressistes de gauche et citoyennes pour contrer cette mesure.
– Remercie toutes les organisations de la société civile et politiques qui se sont exprimées contre cette mesure injuste.

 

Paris 23 Novembre 2018

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *