Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Communiqué du PSU-France sur la grève des étudiants en médecine (14/06/2019)

 

Depuis 3 mois, les facultés marocaines de médecine, pharmacie et chirurgie dentaire vivent actuellement un mouvement de contestation étudiante sans précédent. Celui-ci a atteint son point culminant cette semaine avec le boycott des examens par la totalité des étudiants marocains de 9 facultés.

 

Ce mouvement social est une réponse à la décision du gouvernement d’ouvrir des concours de spécialisation aux étudiants issus des facultés privées, alors même que les postes disponibles à l’issue de ces concours sont extrêmement peu nombreux.

 

Plus globalement, les étudiant-e-s marocain-e-s entendent dénoncer à travers ce mouvement la gestion de l’enjeu de la santé par les gouvernements qui se sont succédé au pouvoir ces dernières décennies. La casse méthodique des services publics éducatif et hospitalier s’accompagne d’un soutien actif apporté au développement des écoles de médecine et des cliniques privées (dont certains ministres comme Moulay Hafid El Alamy ont pu tirer directement profit pour bâtir de véritables empires marchands), avec pour conséquence une explosion des inégalités dans l’accès aux soins.

 

La section française du Parti Socialiste Unifié apporte un soutien total et inconditionnel aux étudiant-e-s engagé-e-s dans ce mouvement social courageux et exprime le souhait de voir les forces politiques progressistes grossir leurs rangs pour les aider à triompher face aux gouvernants du pays et à leur projet de société.

 

Cette cause que nous jugeons noble, a mobilisé, à juste titre, plusieurs parties prenantes. Ainsi nous saluons l’engagement des professeurs universitaires qui ont exprimé leur soutien aux mouvements des étudiants. Un soutien que l’Etat souhaite leur faire payer en engageant une procédure de licenciement.

 

Nous saluons également haut et fort l’engagement et le militantisme des parents des étudiants qui depuis le premier jour jouent un rôle majeur dans cette lutte pour un service public de qualité. Une lutte que l’Etat souhaite leur faire payer en engageant contre eux plusieurs procédures dont la première a été les convocations par les autorités du ministère de l’intérieur.

Nous dénonçons toutes ces décisions qui viennent confirmer la régression des libertés que connaît le Maroc depuis plusieurs années.

 

La section Psu France saisit cette occasion pour exprimer toute sa solidarité avec les professeurs universitaires ainsi que toutes les familles des étudiants en lutte.

 

Paris 14/06/2019

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *