Sorry, this entry is only available in French. For the sake of viewer convenience, the content is shown below in the alternative language. You may click the link to switch the active language.

Le 30 novembre, le Conseil national du Parti socialiste unifié a tenu sa cinquième session, portant comme nom notre camarade défunt Khaled Al-Shujaie au Complexe international des jeunes à Boznika, qui coïncidait avec la veille de la Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien.

Après son invocation de la lutte héroïque du peuple palestinien contre l’agression sioniste brutale, et ce en défense de son droit historique à un Etat national indépendant avec Jérusalem comme capitale de la Palestine. Le CN a également fait un bilan de la situation internationale qui ne cesse de s’aggraver depuis plus d’une décennie, avec l’ingérence de l’impérialisme dans le destin des peuples des pays tiers, visant à adopter de nouvelles cartes géostratégiques pour contrôler la richesse et stabiliser la domination politique et économique des libéraux, comme en Amérique du Sud ou encore dans la région MENA.

Après avoir également pris conscience de la situation nationale inquiétante, résultat de la tyrannie, de la corruption, du retour de l’autoritarisme, de l’étranglement des libertés individuelles et collectives et de l’escalade répressive par des détentions arbitraires, procès montés de toutes pièces et décisions injustes contre des activistes sociaux, parmi lesquels se trouvent les militants du mouvement du RIF. Le conseil national approuve vivement l’initiative du Bureau politique de notre Parti envers la lutte du RIF, les 15 et 16 novembre 2019, qui reflète la conscience du Parti socialiste unifié concernant la situation du pays, résultant d’une politique d’austérité et discriminatoire qui ne font qu’aggraver la crise sociale. Afin de trouver une issue positive à la question du rif, en faveur du peuple et en harmonie avec la demande populaire, le PSU voit en la libération de tous les détenus politiques au Maroc une réponse positive aux revendications sociales et économique légitimes, et une manière d’accroître l’importance des mouvements sociaux qui contribuent à un éveil de conscience en vue d’arriver à instaurer une vraie démocratie.

La prochaine étape, exige l’intérêt national, la cohésion et la stabilité. Ceci nécessite une rupture avec les politiques antidémocratiques et impopulaires et les plans des centres financiers et de l’impérialisme international visant à discréditer les gains et les droits, démanteler les services publics, et affaiblir voire détruire la souveraineté nationale. Nos deux députés ont fourni une lecture critique et importante sur les exigences du peuple et ont proposé des alternatives distinctes à cette politique d’austérité incarnée dans la loi fiscale de 2020.

Après une discussion du rapport proposé et de la nécessité d’unir les composantes de la Fédération de la gauche démocratique, qui rappelons le, a été adopté lors du Quatrième congrès nationale du parti, le Conseil National du Parti Socialiste Unifié :

–          Condamne l’agression raciste sioniste contre le peuple palestinien et rejette toutes les formes de normalisation, qu’elles soient économiques, sociales, culturelles ou sportives, et exige l’adoption d’une loi de criminalisation, déclarer sa solidarité absolue avec le droit du peuple palestinien à un État indépendant dont Jérusalem est la capitale, ainsi

que le retour des réfugiés.

–          Condamne toutes les formes d’ingérence de la part de l’impérialisme qui entravent les intérêts des peuples, comme cela s’est produit dans les pays arabes, maghrébins, Venezuela  et en Bolivie, déclarant sa solidarité inconditionnelle avec la conquête populaire de l’Algérie, de l’Irak, du Liban et de tous les peuples luttant pour la démocratie, la liberté, la dignité sociale et l’indépendance de la décision nationale.

–          Dénonce l’attaque systématique contre les libertés individuelles et collectives politiques, économiques, sociales, culturelles et environnementales à l’encontre des citoyen.n.e.s, mettant en garde l’Etat sur les conséquences que cela pourrait avoir sur l’avenir du pays.

–          Réaffirme son engagement de la construction du nouveau grand parti de gauche dans lequel seront intégrées les composantes actuelles de la Fédération de la Gauche Démocratique ainsi que d’autres militants gauchistes et progressistes.

Le Conseil National du PSU voit en la fusion un choix stratégique et irréversible et applaudit les efforts de toutes les composantes pour réussir ce projet.  Ainsi, le CN du PSU sollicite les instances exécutives et décisionnelles de la FGD à accélérer le rythme de la préparation organisationnelle et politique du projet de fusion.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *